JOYEUSES PAQUES

12 avril 2020

Chers frères et sœurs

Joyeuses Pâques !

Nous allons passer la Pâque du Seigneur, confinés derrière nos écrans. Certes, la modernité nous permet de rester connectés les uns aux autres, mais cela ne peut aucunement remplacer le monde réel. Faites l’essai de proposer à vos enfants de chercher des chocolats virtuels, et vous verrez !

Cette Pâque est donc toute particulière. La Pâque sonne la victoire de la Vie sur la mort, victoire précédée par celle de l’Amour qui s’est donné entièrement sur la haine. « L’amour est fort comme la mort » nous dit le livre du Cantique, mais depuis Jésus-Christ, on peut dire « plus fort que la mort », car il l’a traversée pour revivre.

La Résurrection n’est pas affaire charnelle d’abord, la résurrection des corps est pour la fin des temps, elle est résurrection spirituelle

Il est à souhaiter que l’épreuve que nous traversons tous soit propice à une résurrection intérieure. Il faudrait que notre monde apprenne une autre logique que celle de l’argent, celle de l’amour qui engendre la fraternité.

Pour ma part, je réapprends la relation au temps. Les Anglais disent « Time is money ». Je crois bien au contraire que le temps est don. Il est curieux que le temps du confinement soit bien rempli. On réapprend à placer les réalités par ordre d’importance.

Il faudrait une résurrection spirituelle par laquelle l’homme retrouve les vraies relations à la nature - quand on a le droit de sortir on est émerveillé par la beauté du printemps -, retrouver un équilibre de vie en harmonie avec ceux qui nous entourent, laissant à chacun sa place, qu’il soit petit ou grand, handicapé ou brillant intellectuellement, riche ou pauvre, placer le développement de l’homme, son être, avant celui de l’avoir...

Bref, une écologie spirituelle et humaine, clef d’une authentique écologie.

Et là, disciples du Christ, nous avons une parole à écrire dans nos vies.
« Le Christ est mort pour tous afin que les vivants n’aient plus leur vie centrée sur eux-mêmes, mais sur lui qui est mort et ressuscité pour eux » (2 Corinthiens 5,14).

Si l’homme ne plonge pas sa racine pivotante en Dieu, par Jésus-Christ, il la place dans les réalités matérielles. Ou Dieu, ou Mammon, c’est-à-dire l’argent, nous dit encore Jésus en Luc 16,13. Le premier dilate le coeur, le second le referme. Oui, mon souhait est qu’on ne sorte pas de ce confinement comme on y est entré !

Enfin, pour terminer, beaucoup s’inquiètent de ne plus me voir en « Live » et je vous remercie beaucoup de votre inquiétude. Rien de grave cependant, mais une affaire de simple prudence pour respecter un confinement total. Je célèbre à Cadenet et ce sera en Live pour les messes de semaine

Encore une fois, Joyeuses Pâques

Père Denis le PIVAIN
Presbytère
46 Cours Voltaire
84160 CADENET
+33 (0) 4 90 68 06 79 / +33 (0) 6 95 09 93 88
d.lepivain@gmail.com